Description

  • Localisation : , Burkina Faso
  • Téléphone :
  • Email
  • Amis 3 240 dont 500 en commun
Modifier
Chef(fe) de projet réhabilitation d’axes routiers
Référence cDiscussion: 1092082
Publié le: 15/10/2021 à 18h50min32s
Niveau d'études: Bac + 2
Expérience: 2 ans
Expire le: 24-10-2021

Handicap International
Bangassou, Mbomou, Centrafrique
Humanitaire (ONG, Associations, ...), Projet/programme de développement
Chef(fe) de projet réhabilitation d’axes routiers - République Centrafricaine

Pays : Centrafrique

Ville : Bangassou, Mbomou, CF

Date de prise du poste : 01/11/2021

Durée de la mission : 10 mois

Date de clôture des candidatures : 24/10/2021

Référence de l'annonce : CEN-FV-10-21-6736

CONTEXTE DE TRAVAIL :
« Indignés face à l’injustice que vivent les personnes handicapées et les populations vulnérables, nous aspirons à un monde solidaire et inclusif, où toutes les différences nous enrichissent et où chacun peut vivre debout. »

Handicap International / Humanity & Inclusion (HI) est une association de solidarité internationale indépendante et impartiale, qui intervient dans les situations de pauvreté et d’exclusion, de conflits et de catastrophes. Œuvrant aux côtés des personnes handicapées et vulnérabilisées, elle agit et témoigne pour répondre à leurs besoins essentiels et améliorer leurs conditions de vie. Elle s’engage à promouvoir le respect de leur dignité et de leurs droits fondamentaux. Depuis sa création en 1982, HI a mis en place des programmes de développement dans plus de 60 pays et intervient dans de nombreuses situations d’urgence. Aujourd'hui, nous avons un budget d'environ 150 millions d'euros, avec 3500 employés dans le monde.

HI est engagée dans une politique d’emploi en faveur des travailleurs handicapés.

Retrouvez plus d’informations sur l’association : www.hi.org.

CONTEXTE :
La réhabilitation de route est une composante à part entière du programme de Plateforme Logistique en cours en République Centrafricaine depuis 2015. Ce volet d’activité est essentiel pour permettre aux organisations humanitaires (urgence & développement) de pouvoir accéder aux zones rurales du pays, afin d’y mener les activités visant à la couverture des besoins des personnes affectées par la crise et/ou engagées dans le développement.

HI a ainsi développé une méthodologie de réhabilitation et de maintenance de routes inclusive, permettant aux personnes – hommes ou femmes, avec ou sans limitations fonctionnelles - vivant autour des routes ciblées de travailler à l’atteinte des objectifs à l’aide de la méthode de Travail à Haute Intensité de Main d’Oeuvre (THIMO).

La mise en œuvre de ce projet repose sur deux éléments :
- Le déploiement rapide d’une équipe mobile
- La mobilisation communautaire
En période de crise sanitaire, ces deux éléments sont des enjeux majeurs dans la mise en œuvre des activités et la limitation de la propagation du virus. En effet, les déplacements fréquents de l’équipe d’une localité à une autre et les contacts avec les communautés locales pour la réalisation des activités sont tant de risques de contamination et de propagation. Face aux besoins de la communauté humanitaire renforcés dans la cadre de la crise sanitaire, HI a dû revoir sa méthodologie d’intervention, tout en garantissant les standards qualités, afin de maintenir la continuité de la réponse humanitaire dans les zones enclavées et où l’accès n’est possible qu’à travers l’aérien.

Pour mener ce projet, HI recherche un(e) Chef(fe) de projet réhabilitation d’axes routiers pour 10 mois.

DESCRIPTION DE POSTE :

VOTRE MISSION :
Basé(e) à Bangassou, avec des missions très fréquentes sur le terrain et sous la responsabilité de l’Area manager, en tant que chargé(e) de projet Réhabilitation des axes routiers, vous serez en charge de :

? Vous assurez l’organisation, l’évaluation, la mise en œuvre, le suivi et la supervision des chantiers de réhabilitation d’axes routiers. Vous serez responsable des axes à réhabiliter pendant la période d’intervention
? Vous garantissez que la stratégie d’intervention, notamment en période de crise sanitaire, et les principes humanitaires sont respectés et appliqués par l’équipe ;
? Vous recrutez, encadrez, organisez et supervisez les équipes de journaliers (THIMO) nécessaires à la mise en œuvre des activités dans les localités d’intervention ;
? Vous facilitez les relations avec les autorités et les communautés locales ainsi qu’avec les acteurs non-étatiques dans le cadre de la conduite des chantiers ;
? Vous assurez la sécurité du site et de son équipe pendant toutes les interventions ;
? Vous réalisez le reporting lié à ses activités (un rapport d’activités périodique et en fin de projet).

Responsabilité 1 : Mise en œuvre des activités des activités
? Avec l’appui du département logistique, vous préparez les aspects logistiques de la mission et le suivi des chantiers (matériaux et matériel disponibles localement,
? En coordination étroite avec le Département logistique, vous procédez parfois vous-même ou par le biais de vos équipes terrains aux consultations, négociations et contractualisation de marchés selon les procédures logistiques HI ;
? Vous mettez en place les processus d’intervention et planifiez les opérations et l’implémentation des activités telles que définies dans les propositions de projet et selon la répartition des rôles ;
? Vous planifiez les activités de manière efficiente et en fonction des priorités, en lien avec les autres volets de projet et les partenaires (Cluster Logistique, autorités en charge des routes en RCA, etc.)
? Vous organisez le démarrage des nouveaux projets / financements, à travers un atelier de lancement en vous assurant que tous les outils de planification opérationnelle sont mis à jour ;
? Vous entreprenez des réunions internes (revues de projet, réunion de clôture de projet), afin de favoriser un bon suivi du projet avec la participation effective de l’ensemble de votre équipe, des équipes de support ainsi que des parties prenantes (bénéficiaires, partenaires, autorités, etc.) ;
? Vous communiquez et travaillez avec les services support pour la préparation de la mission ;
? Vous participez à la préparation et au suivi du plan d’achat du projet dans le respect des procédures HI et Bailleur ;
? Vous évaluez les besoins en main-d’œuvre, en matériels et matériaux ;
? Vous respectez le budget alloué aux activités de réhabilitation en collaboration avec l’administrateur et l’informez de toutes modifications budgétaires éventuelles ;
? Vous assurez un suivi quotidien des activités sur terrain ;
? Vous assurez le suivi budgétaire des lignes du projet ;
? Vous mettez à jour les outils de suivi projet et de reporting ;
? Vous garantissez « l’acceptance » dans les zones d’intervention du projet ; pour cela, tenez-vous informé(e) des principales évolutions de contexte, notamment en lien avec les priorités d’intervention humanitaires et l’accessibilité.
? Vous avez la responsabilité d’établir des contacts et des liens opérationnels avec les autorités locales, les acteurs humanitaires du projet pour la mise en œuvre des activités et obtenez des accords de partenariat dans ce cadre ;
? En lien, avec le Chargé MEAL (Monitoring, Evaluation, Acountability and Learning), vous supervisez le système de suivi, d’évaluation, de redevabilité et d’apprentissage du projet conformément aux outils et cadres opérationnels existants, notamment le Project Monitoring (PM) Box de HI ;
? Vous vous assurez de la bonne passation et capitalisation des projets en fin de mission ; au niveau terrain & siège ;
? Vous concevez des solutions adaptées à la situation (métodhologie de mise en œuvre THIMO et mécanisé)

A la fin de sa mission :
? Passation des outils et méthodologies au Spécialiste Atlas et Area Manager.

Responsabilité 2 : Management d’équipe
? Vous identifiez les besoins RH, préparez les descriptifs de poste de l’équipe et assurez le recrutement le cas échéant ;
? Vous encadrez, animez, et coordonnez l’équipe de réhabilitation des axes routiers;
? Vous fixez des objectifs et évaluez ses collaborateurs directs ;
? Vous vous assurez que les équipes ont les compétences et les outils nécessaires pour atteindre les objectifs fixés ;
? Vous identifiez les besoins en formation dans votre équipe et organisez les formations correspondantes, en lien avec le service administratif ;
? Vous gérez le suivi des contrats (congés, fin de période d’essai, etc.) des collaborateurs directs avec le Chargé des ressources humaines ; le cas échéant, co-valider les procédures disciplinaires ;
? Vous soutenez ses N-1 pour le management de leurs équipes sur le terrain ;
? Vous organisez et animez les réunions d’équipe aussi souvent que nécessaire.
? Vous assurez la résolution des conflits au sein de l’équipe ;
? Vous proposez des adaptations pertinentes à l’organigramme des projets et contribuez à sa mise en place (description de postes, etc.) en lien avec l’Area Manager ;
? Vous vous assurez de la compréhension et de l’application par votre équipe des règles internes et des politiques institutionnelles de HI (anticorruption, PEAS, Protection des enfants, sécurité, genre)

Responsabilité 3 : Représentation et coordination externe
? Vous êtes le point focal de l’organisation pour USAID/BHA (partenaire et bailleur), sur délégation de l’Area Manager ;
? Vous êtes le point focal de l’organisation, communiquez et représentez HI auprès des autorités et toutes les parties prenantes sur les activités du projet ;
? Vous participez à la demande, à des réunions, ateliers ou groupe de travail technique avec des ONG, agences UN et toutes autres institutions gouvernementales opérant dans le domaine des infrastructures ;
? Vous garantissez le respect du mandat HI et bailleur.

Responsabilité 4 : Reporting et capitalisation
? Vous rédigez les rapports d’activités dans les délais impartis ;
? Vous utilisez des outils de suivi et évaluation mis en place ;
? Vous mettez à jour des classeurs d’archivage des documents du projet ;
? Vous mettez à jour et faites un suivi de la data base du projet et de la PM box.

Participation active et suivi du modèle d’amélioration continue :
? Vous collectez l’ensemble des informations et outils utilisés pour l’implémentation du projet ;
? Vous rédigez les notes de leçons apprises et des bonnes pratiques identifiées durant le projet ;
? Vous capitalisez chaque amélioration en lien avec les activités sous forme de processus ;
? Vous effectuez un suivi des indicateurs et de l’atteinte des objectifs ;
? Vous participez à la création et au développement du modèle d’amélioration continue.

Responsabilité 5 : Gestion de la sécurité
Vous participez à la gestion de la sécurité sur les lieux d’intervention, en collaboration avec le Référent Sécurité et l’Area Manager :
? Vous collaborez avec le département sécurité de la mission et en particulier avec le responsable de la sécurité avant le déploiement de l’équipe et pendant la mission pour le suivi de l’équipe et des activités ;
? Vous vous assurez que les règles de sécurité soient parfaitement appliquées et respectées par l’équipe lors des déplacements ;
? Vous informez le Département Sécurité des besoins de formation/renforcement de capacité de son équipe en matière de gestion de la sécurité sur le terrain ;
? Vous assurez une remontée d’information régulière au Responsable Sécurité et Area Manager ainsi qu’une redescente d’information régulière aux équipes terrain.

Responsabilité 6 : Vous élaborez et mettez en œuvre une stratégie de sortie/continuité du projet
? Vous participez activement à l’évaluation et analyse de nouveaux besoins sur le terrain, ainsi qu’à la mise en œuvre de la stratégie pays de HI, au niveau provincial ;
? Vous prenez une part active dans la recherche de nouveaux financements, à travers l’écriture de nouveaux projets et propositions à soumettre aux bailleurs ;
? Vous recensez et évaluez la présence et la capacité des acteurs locaux dans l’optique de la continuité du projet ;
? Vous transmettez les compétences aux acteurs identifiés ;
? Vous facilitez la préparation du futur partenariat entre les acteurs opérationnels identifiés et les parties prenantes.

PROFIL ATTENDU :

VOTRE PROFIL :
• Vous êtes titulaire d’un diplôme au minimum niveau Bac+2/3 Ingénierie ou d’un autre diplôme pertinent dans le domaine du Génie Civil ou Aménagement du territoire.
• Vous avez deux ans d’expérience en gestion de projets humanitaires dans une ONG internationale dans un environnement complexe et volatile ;
• Vous avez des expériences significatives en matière d’évaluation et dimensionnement technique ainsi que d’interventions dans l’aménagement et la réhabilitation de ponts et chaussées ;
• Vous avez une expérience préalable en mobilisation communautaire avec la méthodologie THIMO (Travail à Haute Intensité de Main d’œuvre).
• Vous faites preuve de bonnes capacités de planification et d’organisation, de capacités à gérer des équipes, tout en renforçant leurs compétences et leur autonomie ;
• Vous avez de bonnes capacités d’anticipation et de prise de décision, et de fortes capacités d’adaptation, de compréhension.

LANGUE(S) DE TRAVAIL :

SPECIFICITES/PARTICULARITES DU POSTE :

SPECIFICITES/PARTICULARITES DU POSTE :

Sécurité :
Les contraintes sécuritaires sont importantes, actuellement il y a peu de possibilités de sorties et un couvre-feu national est instauré à 22h. Au niveau de Bangassou il y a une recrudescence de la criminalité et des risques d’émeutes/soulèvement populaire.

Déplacement :
Les mouvements à pieds sont autorisés dans un certain périmètre et selon les zones. Les mouvements en véhicules doivent être privilégiés.

Conditions de vie :
Nous avons un complexe Bureau/Guesthouse. La GH offre de bonnes conditions de vie pour une mission de terrain. Il n’est pas possible de se faire livrer de la nourriture ou de trouver des restaurants avec une garantie de sécurité et d’hygiène. Il est possible de se rendre dans les GH d’autres organisations tant que les mesures de distanciations sont respectées. Les fêtes et les rassemblements de plus de 15 personnes sont interdits.
Lors des déplacements dans la zone de mise en œuvre des activités dans le cadre de son travail, le Chef de projet devra être autonome et chercher lui-même où il pourra se loger (autres ONG, etc.), en collaboration avec l’équipe logistique et administrative. L’isolement peut donc être important et les conditions de vies plus ou moins difficiles, notamment en termes sécuritaire et sanitaire. Un jour de récupération est prévu après chaque mission sur le terrain.

CONDITIONS :

CONDITIONS :
Chez HI, les conditions de départ sont à la hauteur de votre engagement et adaptées au contexte de votre mission. Une attention particulière est portée aux questions de santé et à votre situation personnelle : https://hi.org/fr/travailler-chez-hi

Pour
connaître notre parcours d’intégration et de formation, et notre politique de mobilité, cliquez ici : https://hi.org/fr/integration-developpement-des-competences-

Contrat International de 10 mois à compter idéalement du 1er novembre 2021.

• Le contrat international permet une couverture sociale adaptée aux besoins de chacun
o Assurance chômage prélevée uniquement pour les ressortissants de l’UE
o Assurance retraite adaptée à la situation de nos collaborateurs.
o Couverture santé, rapatriement, prévoyance prises en charge par HI et par l’employé
• Salaire : à partir de 2448 € brut/mois selon expérience professionnelle
• Perdiem : 670,33 € net/mois – versé en monnaie locale sur le terrain
500 euros
• Hardship : 500 € net/mois
• Congés payés : 25 jours par an
• R&R : 7 jours tous les 2 mois
• Poste : non accompagné
• Logement : Collectif
Si vous êtes résident(e) dans le pays : package local

https://hi.org/fr/ad/CEN-FV-10-21-6736
La Commission de l’Union Économique et Monétaire Ouest-Africaine (UEMOA) lance, en collaboration avec la Chambre Consulaire Régionale de l’UEMOA (CCR-UEMOA) et les Chambres Consulaires nationales (CCn) des États membres de l’UEMOA, la deuxième édition du Concours TREMPLIN STARTUP UEMOA.

https://digitaltaf.com/p/la-deuxieme-edition-du-concours-tremplin-startup-uemoa-8/
Dr P. Emile Paré, DG du Centre de formation politique du MPP : « Nous enseignons la stratégie électorale, comment gagner une élection »

Le parti au pouvoir, le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP), s’est doté, depuis 2015, d’une école de formation baptisée Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah. A la faveur du deuxième congrès extraordinaire du parti (24 au 26 septembre 2021), nous avons voulu savoir la place du Centre dans le dispositif du MPP et son rôle dans la formation du capital humain politique. Par cette interview qu’il a accordée (le 21 septembre) dans les locaux de l’école, sise au quartier Wayalguin, dans l’arrondissement N°10 de Ouagadougou, son directeur général (DG), Dr Pargui Emile Paré, par ailleurs secrétaire à la formation politique et civique du parti, lève un coin de voile.

Lefaso.net : Pouvez-vous nous en dire davantage sur le Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah, son objectif, l’organisation et sa place dans le dispositif du parti ?

Dr Pargui Emile Paré : Le Centre international de formation politique Kwamé Nkrumah, qui est l’école du parti, le MPP, a été créée le 31 janvier 2015. Vous vous souvenez, le MPP est née le 25 janvier 2014 et a organisé son congrès constitutif les 5 et 6 avril 2014.

Vous savez bien qu’à sa création, c’était les démissionnaires du bureau politique du CDP (les 75 démissionnaires du CDP), qui avaient été rejoints par d’autres démissionnaires pour faire l’assemblée générale constitutive. Chemin faisant, ils ont pris l’engagement de créer un parti nouveau, un parti de gauche et à leur congrès constitutif (5 et 6 avril), les démissionnaires se sont associés à d’autres formations politiques de gauche, de l’opposition à l’époque.

Moi, j’étais le président du Mouvement du peuple pour le socialisme (Mouvement du peuple pour le socialisme/Parti fédéral, MPS/PF, ndlr) et d’autres formations, avec d’autres démissionnaires, ensemble, nous avons créé le MPP (ensemble, nous avons arrêté le règlement intérieur, les statuts et le programme politique). C’est au sortir de ce congrès que j’ai été élu secrétaire à la formation politique et civique.

A l’époque, Roch Kaboré, qui a été le premier président du MPP, a demandé à chaque secrétariat, de dégager un plan d’action. J’ai dû lui soumettre un plan d’action, et parmi les éléments fondamentaux, c’était la création d’une école du parti. En tant que secrétaire à la formation politique j’estimais qu’il fallait doter le parti d’une école.

Pour la pérennité du parti, il fallait une formation politique. Sankara avait l’habitude de dire qu’un militaire sans formation politique est un criminel en puissance, et moi je dis, un militant de parti sans formation politique n’est pas un vrai militant et risque d’aller dans tous les sens, d’avoir des comportements anti-militants et de ne pas contribuer à atteindre les objectifs du parti.

Donc, l’école est une pépinière. Une nation, le Burkina Faso par exemple, ne peut se construire qu’avec des éléments bien formés. L’éducation est au centre du développement de toute nation. L’éducation politique, la formation politique est au centre de l’édification d’un véritable parti, qui veut résister au temps, qui veut traverser le temps. Sans formation politique, les partis ont des problèmes.

Et l’histoire des partis politiques au Burkina Faso a montré que, véritablement, sans formation politique, les partis se désagrègent. Des partis meurent de leurs contradictions, parce qu’ils ne font pas la part des choses entre la contradiction principale et la contradiction secondaire, ils n’arrivent pas à analyser les situations difficiles, ils n’arrivent pas à s’adapter à l’évoluer du monde, à l’évolution de la situation nationale.

C’est la formation politique qui permet à un parti de résister au temps. J’ai pris cet exemple-là à partir du parti communiste chinois. Quand vous partez en Chine, dans tous les villages, il y a une école du parti. Nous, nous sommes-là, dans tous les villages, dans toutes les communes, on parle de siège du parti. En Chine, celui qui veut adhérer au parti, commence par l’école du village. Il y a un programme graduel, jusqu’à ce qu’il monte dans les instances dirigeantes du parti.

Au Burkina Faso, la démocratie étant très jeune, les gens créent les partis, pas d’école du parti, ils agissent juste pour des besoins électoralistes. Conséquence, on a toujours des crises ; parce que chacun est là et veut être député, maire, ministre, etc. Alors que l’école du parti doit être le maillon important que tout militant doit emprunter pour évoluer dans les instances et pour, pourquoi pas, pouvoir véritablement jouer le rôle militant en cas de conquête du pouvoir.

C’est pour cela nous avons fait de l’école, la pierre angulaire de l’édification du parti et je crois que le président Roch (Kaboré) et les autres dirigeants du parti ont bien compris le sens de cette école. Depuis 2015, nous avons le Centre international de formation politique, que nous avons baptisé Kwamé Nkrumah, pour prendre une idole panafricaniste de gauche, social-démocrate (socialiste) qui a marqué l’Afrique. Deuxièmement, depuis que nous avons créé le centre, nous l’avons structuré. Nous avons un conseil scientifique, qui est dirigé par le Pr Basile Guissou ; un conseil d’administration présidé par le président du parti et nous avons une direction générale, qui est dirigée par moi-même.

Nous avons également des départements de formation : département science politique pure, département science juridique et institutionnelle, département relations internationales et de défense et sécurité, département communication politique. On avait également un département Genre et politique. Nous avons des enseignants expérimentés dans chacun des domaines, avec des modules bien cadencés, pour pouvoir former ceux qui veulent se former. Bien entendu, au début, la priorité (à tout seigneur tout honneur), ce sont les militants du MPP.

Nous avons formé, à ce jour, plus de 5 000 militants sur les fondamentaux mêmes de notre propre parti (statuts, programme politique, programme présidentiel…) et sur l’engagement politique, les droits et devoirs des militants, etc. Nous avons également des modules sur les relations internationales, sur la stratégie et la tactique en politique. Nous comptons évoluer sur l’histoire politique du Burkina Faso, syndicalisme et politique, l’économie politique, etc.

Il faut que les gens se forment pour comprendre comment agir et comment s’adapter au monde qui nous entoure. Donc, c’est tout un programme structuré et sous cette direction organisée que nous administrons la formation. Mais, le centre est ouvert à tout jeune, à toute personne qui veut soit renforcer ses capacités soit apprendre la chose politique. C’est ouvert et je l’ai dit à maintes reprises, le centre, c’est pour tous les Burkinabè.

C’est une idée originale, parce que c’est le premier parti à créer véritablement une école de cette nature et je suis heureux de constater que des partis prennent l’exemple de notre centre. Ça crée une émulation aujourd’hui. Les gens ne comprennent pas que la politique est une science et un art. Une science qui a ses règles, et un art. L’art, ce n’est pas facile, c’est ça qui fait la noblesse de la chose politique.

Tout cela s’enseigne, et de ce point de vue-là, je pense que notre centre va beaucoup aider le MPP à lutter politiquement pour les aspirations pour lesquelles, le parti a été créé. Nous voulons également que ce soit un centre qui appuie le parti MPP pour que ce soit un parti centenaire, qu’on ne soit pas là chaque jour en train de reconstituer des partis, en train de dissoudre et de recommencer. Ça ne fait pas joli. Si on veut être correct, il faut un centre qui dit au MPP que voilà sa ligne idéologique. La social-démocratie, qu’est-ce que c’est, le contenu politique du programme du MPP dans les domaines économique, culturel, social, démocratique, etc. Il faut bien que quand on milite, on sache tout ça.

Et cela permet de dégager des cadres qui sont aptes à gérer le pouvoir d’Etat, en cas de conquête du pouvoir d’Etat ; parce que si vous ne formez pas vos militants et vous prenez le pouvoir, ils ne connaissent pas dans quel sens on nomme un ministre, un directeur général et ils ne savent pas que c’est selon l’orientation politique du parti que vous devez gouverner, administrer vos plans d’actions. Tout cela relève d’une formation politique que le centre met à la disposition du parti.

Pour le jeune qui n’est pas militant du MPP, mais qui désire bénéficier d’une formation politique, quelle démarche doit-il adopter ?

Comme nous sommes à nos débuts, véritablement, la formation est bénévole. Avec l’appui des partenaires étrangers, le Centre est doté de matériel technique, informatique, prêt à une formation. Maintenant, nous demandons à ceux qui sont intéressés par la formation, de venir s’inscrire. Nous demandons également le niveau de celui qui vient s’inscrire ; parce que vous n’allez pas enseigner à un universitaire, la même chose que quelqu’un qui a un niveau CEP, BEPC.

Il y a le niveau de compréhension des éléments qu’il faut prendre en compte. Egalement, vous pouvez trouver des intellectuels qui ont déjà milité de par le passé et qui sont dotés d’une certaine formation ; en ce moment, c’est un renforcement de capacités. Mais, pour le moment, nous avons des modules de formation, que nous soumettons à tout élément qui veut se former, il regarde le module et nous lui administrons cette formation, en fonction de ce qu’il désire.

Pour le moment, c’est le bénévolat ; nos enseignants ne sont pas payés, nous faisons appels à des compétences individuelles, des gens qui sont dotés de ces compétences et nous avons du matériel roulant, qui nous permet de nous déplacer pour faire des formations à distance.

Evidemment, comme le centre n’a pas de moyens financiers, il n’a pas de budget en tant que tel, nous demandons donc à ceux qui nous sollicitent de nous déplacer, d’assurer le carburant pour qu’on puisse arriver sur le lieu et qu’on puisse prendre en charge nos enseignants (formateurs), ne serait-ce que sur le plan de la restauration. Nous ne demandons pas plus que ça.

Les groupes qui veulent se former également au niveau du centre ici, on leur demande de penser à prendre en charge leur pause-café et maintenir le groupe (groupe électrogène, ndlr) qui est là pour la formation. Je pense que le mécanisme marche très bien. Le Centre va, dans une perspective, se transformer en Institut diplômant. C’est pour cela nous sommes en train de l’organiser avec des compétences qui puissent répondre aux normes internationales, aux normes académiques d’un institut diplômant de science politique et de géo-stratégie.

Mais pour le moment, on a été acculé par les élections qui se sont déroulées…, si fait que nous sommes en train de nous structurer davantage, de façon à ce qu’on puisse donner une formation soutenue à tous ceux qui veulent se former sur trois, quatre ans. Pour le moment, nous donnons des attestations de participation aux modules. Bien entendu, à partir d’un certain temps, nous allons donner des certificats au niveau du centre et plus tard, nous verrons certainement comment structurer les diplômes que nous allons délivrer.

Mais pour le moment, nous sommes au stade de délivrer des attestations de participation pour telle ou telle autre formation ou pour tel ou tel autre module. De sorte que les modules que chacun a eu à suivre sont bien notés, pour qu’on ne revienne pas, même si vous partez ailleurs, sur les mêmes choses (parce qu’il y a les fondamentaux de la science politique, qui se font partout et je pense que le centre essaie de rester comme un centre scientifique). Il est certes créé par le MPP, mais est ouvert à tout Burkinabè qui veut se former politiquement.

Parlant de niveaux…, on sait que les partis politiques sont, surtout ceux dits de masses, caractérisés par des militants qui ne sont pas instruits. Comment parvenez-vous à prendre en compte cette catégorie ou vous limitez-vous à la minorité instruite ?

Nous adaptons la formation à la catégorie de population. Par exemple, parmi nos 25 formateurs, il y a des enseignants en langues nationales (Fulfuldé, Mooré, Dioula, essentiellement). Mais, en tout état de cause, lorsque nous sortons vers la base, nous faisons tout pour adapter la formation aux structures de base. Si vous m’envoyer former à Toma, arrivé là-bas, je forme en San. Donc, on adapte la formation.

Mais à côté de cela, il y a la formation de l’élite intellectuelle, la formation des cadres où nous allons, là, à un niveau intellectuel de formation pour pouvoir leur inculquer ce qu’il y a. D’ailleurs, nous essayons de traduire nos modules en langues nationales, pour pouvoir administrer dans les secteurs, les villages sur ce qu’il y a comme fondamentaux et comme objectifs. Par exemple, nous enseignons la stratégie électorale, comment gagner une élection, comment parler à un public, comment s’adresser à un public-cible, les techniques de prise de la parole, etc.

Tout le monde a donc sa place et son compte dans le centre ?

Oui, tout le monde a sa place. Depuis sa création, nous avons parcouru plus d’une vingtaine de provinces, où nous sommes allés dispenser des formations à nos structures provinciales. Nous les faisons dans les langues locales, parce que dans nos structures provinciales, nombre de ceux qui y sont ne parlent pas la langue de Molière. A côté, vous avez nos militants qui sont dans les ministères, qui s’organisent et qui viennent pour des formations de haut vol.

Les formations à l’endroit des militants du parti se font sur programmation du responsable en charge de la formation politique, sur demande des militants eux-mêmes ou les deux cas sont-ils possibles ?

Par exemple, si je prends le parti, ce sont les structures qui font la demande de la formation et ensemble, nous nous concertons pour dégager les modules que nous leurs proposons. Si ça leur convient, on passe à la formation. Si eux aussi ont des thématiques spécifiques qui les intéressent, ils ajoutent et on fait la formation.

Mais en tant que militants du MPP, il y a des thématiques obligatoires que nous administrons (ligne idéologique du parti, les autres idéologies pour montrer la différence avec la social-démocratie et pourquoi le parti a opté pour cette dernière ; les textes fondamentaux du parti ; la discipline dans le parti ; les droits et devoirs des militants...). Nous enseignons, obligatoirement, le programme politique : un parti politique, c’est une ligne idéologique, c’est une organisation, un manifeste et un programme politique.

Maintenant, nous pouvons ajouter d’autres aspects, tenant compte du domaine des militants (par exemple, si ce sont des camarades du ministère de l’agriculture, il faut insister sur le programme du parti ou le programme présidentiel dans son volet agriculture, pour que le militant à ce niveau-là sache qu’est-ce qu’il doit faire).

Le Centre bénéficie-t-il, du parti, de l’accompagnement nécessaire, à la hauteur des ambitions ?

Depuis que nous avons commencé nos congrès, nos tournées dans les différentes provinces, il y a toujours une recommandation sur la nécessité de la formation politique des militants du parti. Depuis que le parti a été créé, les militants demandent toujours que la formation soit intensifiée. Bien entendu, en matière de formation, on ne peut pas aller au même rythme que certaines activités. Mais nous faisons tout pour répondre aux vœux.

Je dois dire que la formation que nous avons commencée à administrer depuis 2015 a porté des fruits. Je me souviens en 2015, après les élections, c’était l’indiscipline à tous les niveaux : quand un militant n’est pas placé tête de liste, il quitte et il va ailleurs ou bien il vote contre son propre militant, dans les conseils municipaux. On avait vu qu’il y avait beaucoup de dérives. Mais la formation politique que nous avons eue à administrer a véritablement porté ses fruits parce qu’aux élections passées, nous n’avons pas eu ces guéguerres, ça s’est amélioré.

Les militants ont compris la démocratie interne, le respect des structures, des directives du parti. Cela fait partie du militantisme, si on est battu démocratiquement, on se soumet et on attend. Et celui qui a gagné doit travailler collégialement avec celui qui a perdu. Ce n’était pas facile au début du MPP, mais la formation politique a contribué véritablement à régler ce genre de comportements au sein du parti.

L’école du parti est tellement importante que cette année à ce congrès, nous allons institutionnaliser le statut de l’école du parti : dans les statuts et règlement intérieur du parti, et son organisation sera adoptée par le congrès. Véritablement, c’est pour que les gens comprennent que l’école est plus ou moins obligatoire. Nous sommes aujourd’hui à Ouagadougou, mais allons aller à Bobo-Dioulasso, créer une école régionale et il y a également le matériel qui nous permet de circuler dans les autres provinces pour administrer la formation.

Nous assurons donc la formation à distance, parce que tout le monde ne peut pas venir à l’école à Ouagadougou. Donc, nous insistons sur la formation à distance et je pense que c’est une course contre la montre. Je me dis que dans dix ans, les militants du MPP seront des militants véritablement aguerris et bien formés.

Il est dit que les jeunes ne sont plus disposés à se faire former (et ce, dans tous les domaines, pas seulement en politique), qu’ils réclament de l’argent quand on leur parle de formation. Alors que les aînés semblent être bien formés politiquement, ce qui laisse une sorte de rupture dans le paysage politique. Ce phénomène se ressent-il au niveau du Centre ?

C’est effectivement cela qui fait que l’école du parti est une grande innovation, parce qu’on a senti une rupture, à un moment donné, entre la génération comme nous autres, et votre génération. Nous autres, quand on partait à l’école, on entrait dans les mouvements scolaires et estudiantins, il y avait des cellules de formation un peu partout. Mais ces dernières années, cette tendance s’est vraiment inversée. Si fait que les jeunes viennent à la chose politique sans formation. Et quand ils viennent, notre souci, c’est de les former. Mais, vous connaissez aujourd’hui la complexité des problèmes de la jeunesse : le chômage, des salaires dérisoires, des difficultés de logements, des conditions difficiles d’études, etc.

Cela fait que le premier souci des jeunes, véritablement, c’est de résoudre ces problèmes. Ça fait que quand vous parlez de formation, le jeune doit se déplacer, pédaler, mettre du carburant pour venir se former et il n’y a rien à l’horizon…, voyez-vous ! Donc, il y a des facteurs objectifs, ils ont raison. Mais ça a également créé une habitude, qui fait que les gens pensent que lorsque tu appelles à la formation, il faut forcement des perdiems.

Mais, au niveau de l’école, pour le moment, nous disons aux gens de se former de façon bénévole. Notre contribution, c’est préparer les cours, préparer les enseignements, se déplacer avec notre matériel roulant, aux gens de se débrouiller. C’est pour cela d’ailleurs nous sommes toujours au système bénévolat. Sinon, normalement, l’école doit être payante, la formation doit être payante.

Mais nous connaissons les conditions difficiles des jeunes, donc nous dispensons les cours de façon bénévole. Et pour le moment, personne ne demande de perdiems pour se faire former. Cependant, lorsque nous partons en provinces, le problème de perdiems se pose ; parce que lorsqu’on fait la formation dans un chef-lieu de région, il faut faire venir les militants des communes et provinces de l’intérieur.

C’est cela même qui fait que nous faisons attention. Pour sortir, quand on nous invite à la formation, nous disons ce que nous pouvons prendre en charge et ce qu’on ne peut pas prendre en charge. Mais en tout état de cause, on a des partenaires qui nous soutiennent dans ce genre de formations.

Nous avons la fondation Friedrich-Ebert (nous faisons des formations à distance et c’est ce partenaire qui prend en charge la restauration et l’hébergement). Mais, il reste toujours posée la question des perdiems. La personne estime qu’elle vient de l’intérieur et s’attend à retourner avec quelque chose pour donner à la famille.

Compte-tenu du niveau aussi des militants, la question des perdiems se pose à la périphérie. Mais à Ouaga et à Bobo, je pense que les gens ont compris véritablement, la prise en charge se limite toujours à la restauration, à la pause-café et à l’hébergement. Nous sommes obligés de prendre ces éléments en charge, on ne peut pas dire à chaque militant de venir et de chercher à manger et à se loger. C’est quand nous réunissons ces conditions que nous dispensons les formations. Donc, c’est toujours un gros problème, la question des perdiems.

Qui sont vos partenaires et sur quels plans vous accompagnent-ils ?

Vous voyez que le Centre est bien équipé ! Que ce soit le matériel roulant, le groupe électrogène, le mobilier de bureau, etc. Tout cela constitue l’appui de partenaires. Bien-sûr, le parti contribue. Parmi les partenaires, nous avons notre allié traditionnel, à savoir le parti communiste chinois, la fondation Friedrich-Ebert (une fondation du parti social-démocrate allemand), le parti danois. Nous cherchons aussi à étendre nos relations à d’autres fondations, la fondation Jean-Jaurès (parti socialiste français) et bien d’autres relations que nous tentons de tisser pour pouvoir avoir un peu d’appuis pour assurer la formation et échanger des informations.

Le caractère international du centre fait qu’il y a des pays amis qui nous font appel (le Tchad, le Mali, le Niger, etc.). Ils nous dictent leurs besoins de faire venir leurs militants ici ou alors de voir dans quelle mesure, nous pouvons faire des missions d’enseignements pour former leurs militants. Le centre évolue petit-à-petit, avec ses petits moyens et je pense que dans les années à venir, ça va prendre une envergure.

Les gens seront surpris de savoir que c’est le centre d’un parti au pouvoir, qui est pauvre, (comme nous sommes un parti socio-démocrate, de gauche, nous n’allons pas piller les ressources de l’Etat au profit de notre centre), mais qui fait des merveilles. Donc, nous essayons d’être modestes, pour faire avancer la formation au niveau des jeunes burkinabè.

A vous de conclure !

J’ai un souhait, qui est que petit-à-petit, le Centre ait de la visibilité. Par ces échanges avec moi, ça participe à sa visibilité et je pense que c’est très important. Tout mon souhait, c’est que la jeunesse burkinabè, pourquoi pas la jeunesse africaine, s’approprie ce centre-là, pour en faire véritablement un levier important de son développement ; parce que la chose politique, les gens pensent que c’est facile de s’y engager. Tout le monde cherche à être maire, député, etc.

Mais celui qui a fait la formation politique, qui a fait une école de formation politique, réussit mieux ses tâches politiques partout on l’envoie. Mon seul souhait est donc que la jeunesse burkinabè, la jeunesse africaine s’approprient le centre pour le bonheur de notre peuple, des peuples africains.

Interview réalisée par Oumar L. Ouédraogo
([email protected])
Recrutement de 01 Spécialiste de d’Information et de la Gestion des Données
Niveau d'études: Bac + 5 ou plus
Expérience: 5 ans
Expire le: 03-10-2021

ICI PARTENAIRE ENTREPRISES
Ouagadougou, Burkina Faso
Un(E) (1) Spécialiste De L’information Et De La Gestion Des Données

Référence : ICIPE RECRUT : 2021/51
CDD Ouagadougou Clôture : 3 octobre 2021

ICI Partenaire Entreprises recherche pour le compte de Plan International Burkina Faso :

Installé au Burkina Faso depuis 1976, Plan International Burkina Faso est une Organisation qui intervient dans le Développement ainsi que dans l’humanitaire et apporte une réponse dans le cadre de la crise sécuritaire et sanitaire. Plan International Burkina Faso œuvre pour faire progresser les droits des enfants et l’égalité pour les filles en particulier ceux qui sont exclus ou marginalisés, à travers la mise en œuvre de programmes et projets de développement qui offrent des avantages durables, en collaboration avec les communautés dans lesquelles vivent ces enfants. La mission de Plan International Burkina Faso est d’apporter des améliorations durables dans la qualité de vie des enfants défavorisés des pays en développement, à travers un processus qui unit des personnes de cultures différentes et donne un sens et une valeur à leur vie.

La protection et la promotion des droits des enfants et des jeunes constituent la priorité de Plan International Burkina Faso. L’Organisation intervient dans 12 des 13 régions du Burkina Faso.

PRINCIPALES RESPONSABILITES ET MISSIONS

Le/la titulaire du poste sera chargé (e) du système d’information au sein de Plan International Burkina Faso. Il veillera à ce que les actions de Plan Burkina Faso soient visibles sur le plan national et international par la diffusion des informations sur les activités menées par les projets des urgences. Il veillera à ce que les données statistiques des activités soient bien collectées et partagées avec qui de droit. Il veillera à ce que les actions de Plan International BF soient mis dans le système du workspace afin d’être visible par les autres bureaux de Plan International. Il pourra aussi représenter Plan Burkina Faso dans certaines réunions en collaboration avec les autres chefs de départements.

Sous la supervision du Directeur de la réponse humanitaire, il/elle sera notamment chargé (e) de :

Veiller à ce que la collecte et l’analyse des données soient clairement axées sur les jeunes filles, les adolescentes et les jeunes femmes ;
Développer des systèmes standardisés pour soutenir les opérations, telles que les répertoires de contacts, l’organigramme du personnel, les listes de diffusion par courrier électronique et les répertoires de connaissances ;
Aider le personnel technique à contribuer aux groupes 3W et 5W ;
Gérer la collecte et l’analyse de données ventilées par sexe et par âge (SADD) ;
Apporter son soutien à l’analyse des évaluations et des enquêtes sur les besoins ;
Assurer la supervision des équipes chargées de la collecte des données et de l’élaboration de produits visuels de haute qualité tels que des infographies, des cartes, des tableaux et des graphiques ;
Assurer la mise à jour et le partage mensuel du sitrep.

PROFIL

Être titulaire d’un diplôme de maitrise ou Master (BAC+5) en Système d’information géographique, Sociologie, Statistique ou dans tout d’autres domaine en rapport avec le poste ;
Avoir au moins 5 ans d’expérience sur une position similaire ;
Disposer d’excellentes compétences et expériences en matière de gestion de données (collecte, analyse et synthèse) ;
Avoir une bonne connaissance des méthodes de collecte de données ;
Avoir une bonne connaissance des techniques de gestion de l’information et de la communication ;
Avoir une bonne connaissance de SPHERE et des Normes Humanitaires Standard ;
Avoir la capacité de présenter et soutenir clairement et de façon efficiente des données (simple, efficace et compréhensive) ;
Disposer d’expériences dans la coordination avec des entités diverses et variées (Ministères, ONG, agences des Nations Unies, etc.) ;
Avoir un bon esprit d’analyse et de synthèse, être réactif et soucieux du respect des délais ;
Être capable de travail sous pression sur des projets mis en place dans des contextes d’urgence ;
Avoir une bonne capacité de communication et de bonnes qualités rédactionnelles ;
Avoir une bonne capacité d’innovation et d’adaptation ;
Bonne maîtrise de l’outil informatique : Power BI, ArcgGIS, ODK, Kobo Collect, Word, Excel, PowerPoint, Microsoft Sharepoint et des outils de bases de données ;
La bonne maitrise du Français est requise, la connaissance de la langue anglaise est un atout.

COMPOSITION DU DOSSIER DE CANDIDATURE

Curriculum vitae daté et signé comprenant une liste d’au moins 3 références,
Lettre de motivation adressée à Monsieur le Directeur Général de ICI Partenaire Entreprises,
Photocopie de la pièce d’identité (ou passeport) valide,
Le diplôme requis et attestations.

Merci de faire parvenir votre dossier au plus tard le 3 octobre 2021 à 18h00 à :

ICI Partenaire Entreprises, 01 BP 6490 Ouagadougou 01 – 40 avenue Kwamé N’Krumah,
Tél. : 00226 25 31 05 53 / 80 – Ouagadougou – Burkina Faso
Ou par mail : [email protected]

NB : L’objet du message doit comporter le titre du poste et le lieu d’affectation.

Plan International est une Organisation qui prône l’égal accès à l’emploi et est engagée pour la protection des enfants et l’équité du genre et ses procédures de recrutement reflètent ces valeurs. Plan est un environnement non-fumeur.

Les candidatures féminines sont encouragées.

Plan International Burkina ne perçoit aucun frais ou contribution de quelque nature que ce soit des candidats tout au long de son processus de recrutement (dépôt de dossiers, traitement de la candidature, test écrit, entretien d’embauche, etc.). En outre, Plan ne demande aucune information relative aux comptes bancaires des candidats. Par ailleurs, Plan décline toute responsabilité de publications frauduleuses d’offres d’emploi en son nom ou, de manière générale, d’utilisation frauduleuse de son nom de quelque manière que ce soit.
Niveau d'études: Non précisé
Expérience: Non précisé
Expire le: 12-10-2021

GIZ
Burkina Faso
Avis d'Appel d'Offres ouverts :

- Pour acquisition de motos

- Pour acquisition de matériels informatiques et bureautiques

Plus d'infos sur l'image ci-dessous
Poste à pourvoir Responsable du Département Finance Comptabilité
Nombre de poste 01
Lieu d'affectation Ouagadougou
Structure recruteur Le Cabinet HUMAN PROJECT
Structure Bénéficiaire Une importante structure
Secteur activité Non précise
Diplôme ou niveau BAC+5/Master 2
Option du diplôme Comptabilité,audit
Expériences 10 ans
Capacités liées à l'emploi dont 5 ans à un poste de responsabilité dans une entreprise commerciale ou industrielle ou dans un cabinet d'expertise comptable/voir la suite des conditions dans le journal l'Observateur Paalga du 01/09/2021
Connaissance en informatique Maîtriser l'outil informatique
Condition d'âge NP
Composition du dossier un CV détaillé,sincère,daté et signé+contacts de 3 personnes de référence/une lettre de motivation adressée à Madame la Directrice générale de Human Project Group, datée et signée/copie légalisée du diplôme exigé
Date limite de depôt des dossiers 03/09/2021
Procedure de recrutement Présélection sur dossier/autres
Durée du contrat NP
Autres conditions Site : www.databases.humanprojectbf.com
Source de l'offre Journal l'Observateur Paalga du 01/09/2021
Niveau d'études: Non précisé
Expérience: Non précisé
Expire le: 24-09-2021
orange
CAEN, FRANCE
Informatiques, Télécommunications
Business Manager Reseaux IP - Secteur Public Education et Santé F/H

Ref : 2021-218 | 27 août 2021

Date limite de candidature : 24 sept. 2021

42 rue des Coutures 14000 CAEN - France
Leaflet

Votre rôle
A ce titre, vous aurez en charge les activités suivantes :

- Conduire les ventes et traiter les affaires complexes de vos domaines jusqu'à leur signature, de bout en bout et de manière autonome et/ou en coordination avec nos Unités d’Affaires/filiales pour les offres complexes ou en offre sur mesure.

- Opérer le choix du ou des partenaires technologiques les plus appropriés pour répondre au contexte client.

- Identifier les processus métiers du client : marché, flux interne et externe à l’entreprise, les acteurs du domaine et les environnements spécifiques client.

- Qualifier les projets, construire, argumenter et défendre une proposition de valeur avec une combinaison d’offres sur vos domaines de spécialisation.

- Construire les offres remises au client en prenant en compte toutes les dimensions commerciale, contractuelle, technique, juridique et financière et porter la marge.

- Garantir la qualité des dossiers et des données transmises aux différents acteurs de l’entreprise.

- Assurer le suivi et le reporting de votre activité commerciale dans le système d’information.

Votre profil
De formation supérieure, vous avez une expérience commerciale dans le domaine télécom et intégration (ESN, intégrateur).

Très orienté client, vous avez su faire vos preuves par :

- votre dynamisme commercial et vos capacités d’analyse et de qualification des besoins clients

- votre capacité à comprendre les enjeux majeurs des clients et à convaincre les clients de haut niveau

- votre capacité à élaborer des stratégies commerciales efficaces et à mobiliser une équipe en interne et/ou avec des partenaires, à fonctionner en mode projet.

- votre culture du résultat et de la rentabilité des affaires

Entité
Dynamique, technophile, vous recherchez de nouveaux challenges ? Venez rejoindre l'agence Entreprises Normandie Centre et intégrer une agence de près de 300 collaborateurs qui s'unissent au quotidien pour satisfaire près de 3 000 clients entreprises des régions Normandie et Centre Val de Loire. Le service des ventes Secteur Public Education et Santé est présent sur Rouen, Caen, Orléans et Tours. Ce département adresse essentiellement les collectivités territoriales (Conseils Régionaux, Conseils Départementaux, Métropoles Communautés d’agglomération, SDIS, etc…), les centres hospitaliers, les établissements médico-sociaux, et les grandes écoles du territoire soit environ 1200 clients sur 11 départements et 56 M€ de CA. Le poste est à pourvoir à Caen au sein d'une équipe dynamique de 10 commerciaux qui adressent 350 clients du territoire normand avec un CA annuel d’environ 15M€ Vous serez un maillon essentiel de l’équipe et vous aurez pour mission principale de mettre en œuvre la stratégie de compte définie par l’Account Manager sur les offres des Domaines Connectivité Réseaux, voix sur IP et Orange CyberDéfense. Vous construirez et porterez les propositions commerciales en équipe avec l’Account Manager, les Ingénieurs avant-vente et les filiales (Orange Cyberdéfense, Orange Business Services SA, etc)

Contrat
CDI

Postuler en cliquant sur https://orange.jobs/jobs/offer.do?joid=104152&lang=FR
Transport And Commercial Manager

Poste à pourvoir TRANSPORT AND COMMERCIAL MANAGER

Nombre de poste 01

Lieu d'affectation Ouagadougou

Structure recruteur NOWATA LOGISTICS

Structure Bénéficiaire NOWATA LOGISTICS

Secteur activité Non précise

Diplôme ou niveau BAC+5

Option du diplôme Transport logistique,Ingénierie en Transport, Commerce International ou tout autre diplôme équivalent ;
Expériences 15 ans

Capacités liées à l'emploi
Avis de recrutement au poste de Transport and Commercial Manager Sans que cette énumération soit limitative, ses missions sont essentiellement, sous la supervision de la direction générale de NOWATA LOGISTICS

1. Élaborer la politique de développement commercial et de gestion du transport

2. Superviser toutes les activités du département de gestion du transport

3. Assurer le développement commercial de nos activités avec des indicateurs de performances clairement établis. 4. Coordonner avec la chargée du transport toutes les opérations de Transport et de Levage. Activités de transport :

• Élaborer la politique de développement du management du transport en particulier

• Veiller à une gestion optimale aux ressources mise à sa disposition.

• Coordonner et réaliser avec la Coordinatrice du transport et l’ensemble de ses équipes toutes les opérations de transport livraison et manutention.

• Contrôler les factures transport imputées au service logistique et ou aux clients.

• Surveiller les demandes de cotations et demande de transport.

• Analyser et proposer les solutions aux opérations logistiques et levage.

• Rechercher les meilleurs couts de prestataires externes dans le respect des normes exigées par le groupe.

• Respecter et faire respecter les consignes de sécurité, les procédures HSE applicables et les règles d’éthique dans l’exécution de toute opération.

• Prévenir les risques d’accidents, d’atteintes à la santé ou de dommages à l’environnement dans le cadre de ses activités

• Appliquer et respecter les règles, procédures et instructions liées à son travail. Activités commerciales :

• Participer à la définition de la politique commerciale du groupe de façon générale, à partir de la stratégie du groupe

• Fixer les objectifs et les axes prioritaires

• Promouvoir l'image et la notoriété du Groupe

• Participer à la négociation sur certains comptes stratégiques

• Être attentif aux évolutions du marché et aux offres de la concurrence afin d'adapter en permanence les offres (veille concurrentielle)

• Organiser l’action commerciale transport, transit et logistique (Concevoir son plan d’actions commercial)

• Assurer la prospection commerciale

• Gérer et développer un portefeuille clients transport et logistique.

• Informer sa hiérarchie et proposer des solutions pour tout obstacle pénalisant les performances du service.

• Faire des suggestions pour l’amélioration de la qualité de son travail à sa hiérarchie.

• Respecter le règlement intérieur et la discipline fixée par la hiérarchie

• En général :

• Exécuter toute autre tâche assignée par la direction générale selon ses compétences et/ou dans le cadre de ses fonctions ;

• Contrôler la qualité de service et la profitabilité de chacune des activités.

• Piloter et développer le portefeuille client

• Etre disponible pour toute éventualité ;

Profil:
- Etre titulaire d’un Bac+5 en Transport Logistique, Ingénierie en Transport, Commerce International ou tout autre diplôme équivalent ;
- Justifié d’une expérience solide et avéré d’au moins 15 ans dans le domaine de la logistique ;
- Etre âgé de 50 ans au plus tard le 31/12/2021.
- Avoir une bonne maitrise des procédures nationales et communautaires en matière des transports dans l’espace UEMOA et CEDEAO,
- Bonne connaissance en management d’équipe et de projets
- Connaissance de la réglementation nationale et internationale transports des produits et matières dangereuses.
- Pouvoir communiquer en Anglais comme en Français avec une bonne qualité rédactionnelle Aptitudes professionnelles
- Bonne capacité? d'adaptation, avec une organisation solide et des compétences de manager ;
- Capacité? a? gérer plusieurs échéances et processus a? la fois ;
- Capacité? de travailler en équipe et sous-pression ;
- Sens de l’organisation. - Capacité de prise d’initiative
Connaissance en informatique
- Disposé d’une bonne maitrise de l'outil informatique et des logiciels de gestion de trafic routier et transports (Microsoft ; SAP ERP, GLOBO CONNECT ; ARMATAN, etc……).

Condition d'âge 50 ans au plus

Composition du dossier
- Un CV détaillé - Une lettre de motivation
- BAC et dernier diplôme obtenu en lien avec le poste Dépôt des candidatures.

Les dossiers de candidatures sont recevables à l’adresse E-mail suivant : [email protected] avec la mention suivante : « Recrutement pour le poste de Transport and Commercial Manager ». Pour tout renseignement, appeler au standard 25 37 59 03 Date limite : Le vendredi 10 Septembre 2021 avant 17h00mn

Date limite de dépôt des dossiers 10/09/2021

Procédure de recrutement
- Présélection sur dossier
- Entretien oral et test écrit Lieu d’affectation. Ouagadougou NB. Les candidatures ne respectant pas la procédure ci-dessus (dossiers à fournir et objet de l’email ne seront pas pris en compte. La société se réserve le droit de ne donner aucune suite à cet avis si elle juge les candidatures insatisfaisantes Aucun dossier ne sera restitué au postulant.

Durée du contrat

Autres conditions E-mail : [email protected]

Source de l'offre E-mail : [email protected]
ORDRE : 88 500 889
DESORDRE : 17 500 2 253
MAP TIERCE : 118 104 000

GAINS
GAGNANT : 6 500 1 986
PLACE A : 2 000 2 898
PLACE B : 6 500 1 010
PLACE B OU PLACE C : PLACE C : 14 000 31 864 000 471
MAP COUPLES : 31 864 000
MAP GENERALE : 149 968 000
Caissière et vendeu(se) d'une Mini Alimentation (Baba Market)

Un particulier résident à Garghin à Ouagadougou dans le cadre de ses activités souhaite recevoir les cadidatures de personnes qualifiées pour le recrutement de caissière et de vendeurs(ses) d'une Mini Alimentation d"nommée Ba-Ba. à deux kilomètre de l'hôpital de Tenkendogo.


Catégorie: Emploi
Secteur d'activité: Commerce et distribution
Spécialité concernée: Economie et gestion
Niveau d'étude:
Non fourni
Lieu d'affectation:
Garghin (Ouagadougou
Type de contrat:
Contrat à durée indéterminée
Nombre de postes à pourvoir:
2
Recruteur:
Ba-Ba Market Mini Alimentation
Structure bénéficiaire:
Ba-Ba Market Mani Alimantatation
Tâches et responsabilités liées à l'emploi:
gérér les compte
encaissaer

Critères de sélection:
- Avoir un Minimum d'expérience dans la vente et le service à la clientèles;
- accueillant et souriant et ayant à cœur la satisfaction du client;
une bonne organisation, le ponctualité et la fiabilité;
- des notions en informatique et dans l'utilisation du code barre pour la caissière;
- parler le français et le Mooré;
- résider de préférence dans les quartiers environnants (Nagrin; Tengandogo ou garghin) ou avoir un moyen de déplacement pour être ponctuel

Conditions de rémunération:
Echange avec chaque candidat présélectionné pour les prétentions salariales

Composition du dossier de candidature:
- CV essentiellement

Procédure de recrutement:
- présélection sur dossier
- entretien
Seuls les candidats présélectionnés seront contacté pour un entretien

Dépôt du dossier de candidature:
Envoyer votre CV par E-mail à ; [email protected](link sends e-mail)

Date limite de validité:
08 septembre 2021
Poste à pourvoir Ingénieur des travaux statistiques
Nombre de poste 01
Lieu d'affectation Ouagadougou
Structure recruteur SOGECA INTERNATIONAL SARL
Structure Bénéficiaire Une Importante structure de place
Secteur activité Non précise
Diplôme ou niveau BAC+4
Option du diplôme Travaux statistiques
Expériences 5 ans
Capacités liées à l'emploi avoir une formation dans les grandes écoles d'ingénieurs de statistiques est un atout/disposer de 3 années d'expérience dans la gestion de données statistiques et/ou économiques dans une structure publique ou privée/voir la suite des conditions dans le journal SIDWAYA du 20/08/2021
Connaissance en informatique Maîtriser l'outil informatique
Condition d'âge 18-40 ans
Composition du dossier Une demande manuscrite timbrée à 200 francs cfa et adressée à Monsieur l'Associé Gérant du Cabinet SOGECA International/une copie légalisée de la CNIB/un extrait de naissance/une lettre de motivation de s2 pages maximum/un CV détaillé,n'excédant pas 3 pages,daté et signé du candidat et faisant ressortir ses expériences professionnelles du candidat/une copie légalisée du diplôme exigé/des copies légalisées des attestations ou certificats de travail pouvant justifier l'expérience
Date limite de depôt des dossiers 27/08/2021

POUR POSTULER CLIQUER SUR LE LIEN SUIVANT https://professionnallink.com/emp/recrutement-de-01-ingenieur-des-travaux-statistiques-7381
Dans le cadre de ses activités, la société chinoise SINOHYDRO intervenant dans l’exécution de l’aéroport de Ouagadougou-Donsin recrute un certain nombre de travailleurs et employés en signant un contrat. Ce contrat pourrait être renouvelé en cas de bonne conduite et rigueur dans le travail par le contractant.
I. CATEGORIES
• Interprète. (Parler anglais et les langues burkinabè)
• Employé Ressources humaines
• Soudeur.
• Chauffeur avec divers permis de conduire.
• Conducteur de chargeuse.
• Conducteur de tractopelle.
• Conducteur de grue.
• Conducteur d’engin.
• Electricien.
• Technicien dans le domaine relatif au génie civil.
• Ingénieur de génie civil, électricien et d’assainissement.
• Secrétaire.
PS : Le recrutement ne se limite pas aux professions ci-dessus, Toutes les personnes désireuses sont invitées à nous contacter.



II. COMPETENCES
• De solides connaissances de son propre domaine professionnel.
• Qualités personnelles.
• Ayant le sens du devoir et de l’écoute.
• Précis et méticuleux.
• Rigoureux et patient.
PS : Votre polyvalence et expérience seront vos deux principaux atouts pour mener à bien vos différentes missions. Vous travaillerez au chantier et participerez au maintien et à l’extension du niveau de qualité.
III. EXIGENCES
? Avoir diplôme ou brevet ou être qualifié pour la plupart des postes.
? Etre âgés plus de 18 ans;
? Parler français ;
? Etre capable de travailler sous pression et pouvoir s’adapter au travail;
? Jouir de toutes ses capacités physiques et mentales ;

IV. PROCEDURES DE RECRUTEMENT
? Étape 1 : Envoyez les dossiers par é-mail et patientez;
? Etape 2 : Entretiens individuels.

V. COMPOSITION DU DOSSIER
o Une copie légalisée du diplôme ou brevet demandé;
o Une copie légalisée des attestations de travail et/ou de stage ;
o Un curriculum vitae (CV) mis à jour, daté et signé.

VI. CONTACT
? E-mail: [email protected]
Recrutement de 01 INGENIEUR JUNIOR MINE
ENTREPRISE : BISSA GOLD SA | Date limite: 05-07-2021 | Localité: Burkina Faso / Ouagadougou | Niveau: BAC + 3 | Domaine: Secteur minier

Cliquer sur le lien suivant pour postuler
https://professionnallink.com/emp/recrutement-de-01-ingenieur-junior-mine-7259

Friends

James Lewis

843K Following

Monroe Parker

843K Following

Martin Gray

843K Following

Alex Michael

843K Following

Jesse Stevens

843K Following

Erica Jones

843K Following

James Lewis

843K Following

Monroe Parker

843K Following

Pages

John Michael

843K Following

Alex Dolgove

843K Following

Dennis Han

843K Following

Monroe Parker

843K Following

Erica Jones

843K Following

Stella Johnson

843K Following

John Michael

843K Following

Alex Dolgove

843K Following

Graphic Design
54 mutual friends
Mountain Riders
54 mutual friends
Coffee Addicts
54 mutual friends
Property Rent
54 mutual friends
Architecture
54 mutual friends
Graphic Design
54 mutual friends
Mountain Riders
54 mutual friends
Coffee Addicts
54 mutual friends

Créer une publication

Create album